Cinéphile m'était conté ...

Cinéphile m'était conté ...

Coupable ou pas (Acusada)

 

Du suspense il y en a, dans Acusada, mais au final, une seule des questions que le spectateur se pose aura trouvé sa réponse. Dans l'ordre : la jeune Dolores a t-elle assassiné sa meilleure amie ? Qui d'autre aurait pu commettre le crime ? Sera t-elle acquittée ou condamnée ? Il est d'ailleurs amusant que l'affiche argentine utilise comme accroche : Tout le monde cache quelque chose alors qu'en France, la phrase retenue est simplement : coupable ou innocente ? Evidemment, cette dernière interrogation est celle qui préoccupe quand on a affaire à un drame judiciaire mais, au-delà des scènes classiques de procès, plutôt banales, ce qui intéresse le réalisateur Gonzalo Tobal est d'un tout autre ordre : mesurer l'impact médiatique d'un tel cas, des réseaux sociaux à la télévision, d'une part, et témoigner des répercussions familiales et du système de défense à mettre en place pour contrecarrer l'hallali annoncé. Malgré quelques afféteries épisodiques de style, la mise en scène de Tobal, qui n'en est qu'à son deuxième long-métrage, est plutôt solide et refuse les flashbacks faciles ou l'habituel twist à un quart d'heure de la fin (quoique, à bien regarder ...). Manque un peu d'épaisseur aux personnages, notamment à Dolores, jouée de manière très uniforme par la chanteuse et mannequin Lali Esposito, pour que le film dépasse sa fonction de suspense à l'ambigüité caractérisée. A chacun dans l'obscurité de la salle de se faire sa propre religion, sachant tout de même qu'il y a quelques indices laissant penser que la jeune fille est sans doute coupable ou innocente (rayez la mention inutile).

 

 

Classement 2019 : 63/147

 

Le réalisateur :

 

Gonzalo Tobal est né en 1981 à Buenos Aires. Il a réalisé Villegas.

 



15/07/2019
0 Poster un commentaire

A découvrir aussi


Inscrivez-vous au blog

Soyez prévenu par email des prochaines mises à jour

Rejoignez les 37 autres membres